Coincé dans la vade en Overnight

A LA VENTE (pour les shorts)

L’OPA (l’OPE et l’OPR dans une moindre mesure)

Peut-être la plus violente de toutes les réactions boursières *https://www.facebook.com/pages/Girard-Gabin/852197778180505* l’OPA peut-être carrément fatale au vadeur en position de levier. Le cours de la valeur opéable ou cible du prédateur va s’envoler et la réaction à l’ouverture peut-être tellement violente que le vadeur va se trouver coincé par la formation d’un corner ou goulet d’étranglement, d’autant plus que l’ensemble des vendeurs à découvert va chercher à se racheter immédiatement ce qui accélérera encore l’explosion à la hausse des cours.

Au pire, dans un excès de panique haussière le vadeur risque de ne pas pouvoir se racheter (résa à la hausse si la hausse est supérieure à 10% et donc suspension de cotation qui peut durer parfois plusieurs jours).

Remarque : l’OPA peut-être annoncée officiellement ou il ne peut s’agir que d’une rumeur seulement ; même dans le second cas la réaction va être très violente.

Dans le même ordre d’idée l’entrée d’une entreprise »http://prevoirlecoursdelor.com/ » A dans le capital d’une entreprise B est de nature à relancer fortement les rumeurs de rapprochement (quand bien même il ne s’agit d’une simple prise de participation) et donc de faire exploser les cours de la valeur dont une partie du capital a été acquis.

Ce que je constate dans l’évolution récente du fonctionnement du marché actions en France

Ce qui marche et ce qui marche moins bien pour moi ?

Lorsque la volatilité sur les marchés baisse comme en 2005, Sylvain fait davantage de scalping et de swing intraday ou intra range et se contente de gains plus modestes (1 à 3%) ; son système de trading qui aime les grands mouvements dans de belles amplitudes sur volumes est moins opératoire et efficace. Lorsque les carnets d’ordres sont peu remplis tout devient plus difficile : les mouvements sont courts ou avortent rapidement (essoufflement et épuisement précoces) ; la prise de bénéfices des intervenants est trop rapide. Pour un trading plus facile, à la hausse comme à la baisse visitez http://www.option-bit.com

En 2005 et début 2006 les marchés semblent relativement faciles à trader : la tendance bullish est bien implantée et même si parfois les mouvements manquent un peu de puissance c’est la hausse qui s’impose ; les carnets d’ordres se remplissent sensiblement en ce premier trimestre 2006, signent que les acheteurs sont là et que les liquidités abondent. Serions-nous à la veille d’un nouveau grand marché haussier LT ? C’est la question que se pose Sylvain en ce début d’année 2006 ?ici(http://www.optionweb-fr.com)